Résultats du Prix Yaka'Lire 2019

Ecrit par webmaster · 29/05/2019

Lauréat du Prix Yaka'Lire 2019

 

yakalire2019

Cette lumière que je vois de Sofie Laguna

(Actes Sud 2017)

Jimmy, 6 ans, autiste, nous emporte dans le récit de son histoire.

C’est un enfant couvé par sa mère et elle refuse qu’il soit placé en institut spécialisé. Pour le père c’est une autre histoire, il a beaucoup de mal à supporter cet enfant différent. Son frère, Robby, essaye de faire de son mieux pour soulager sa mère et protéger ses proches du père qui s’alcoolise souvent et qui devient violent.

Avec sa propre perception du monde, Jimmy nous fait partager sur plusieurs années le quotidien de cette famille avec ces moments dramatiques et les périodes d’apaisement.


Le Classement

2ème

La salle de bal d’Anna Hope

(Gallimard 2017) 

Immersion dans l’asile d’aliénés de Sharston dans le Yorkshire (Angleterre) en 1911. Une nouvelle pensionnaire, Ella, arrive. Elle espère être rapidement  libérée mais au contraire son séjour sera prolongé. Elle finira par s’habituer à la routine de l’institution.

Les hommes et les femmes travaillent et vivent chacun de leur côté. Toutefois ils sont réunis tous les vendredis soirs dans une salle de bal où Ella et John tomberont mutuellement sous le charme.

 

Le docteur Fuller aux commandes de l’établissement s’intéresse de très près à l’eugénisme pour soigner les « aliénés ». Il pourrait bien mettre à mal les projets d’Ella et de John.

 

3ème

Filles de la mer de Mary Lynn Bracht

(Robert Laffont 2018) 

1943, île de Jeju en Corée du Sud. Depuis 1905, la Corée est sous occupation japonaise. Hana, 16 ans, et sa mère sont des haenyeo (pêcheuses en apnée). Un jour, Hana partie en mer voit sur le rivage un soldat japonais s’approchant de sa sœur. N’écoutant que son courage, elle revient sur la rive et se fera enlever à la place de sa sœur. Son destin sera de devenir femme de réconfort en Mandchourie.

Emi n’aura pas une vie heureuse non plus.

Le récit alterne entre l’histoire d’Hana et de sa sœur Emi.

 

4ème (Exaequo)

La vraie vie d'Adeline Dieudonné

 

(L’iconoclaste 2018)

Une jeune fille de dix ans porte un amour indestructible à son petit frère  de six ans, Gilles. Leur mère est transparente et soumise aux violences de son mari. Les deux enfants s’élèvent plus ou moins seuls.

Un accident va rompre la formidable complicité entre les enfants et notre héroïne fera tout pour que son petit frère soit de nouveau comme avant, pour retrouver la vraie vie.

 

Sauf d’Hervé Commère

(Fleuve éditions 2018)

Dès le début on se retrouve plongé au cœur du drame qui a marqué la jeunesse du narrateur. A 6 ans il apprend que ses parents ont péri dans l’incendie de leur manoir en Bretagne. Nous le retrouvons plusieurs décennies plus tard, à l’approche de la cinquantaine, Mathieu a une vie bien rangée, un métier de brocanteur qui le passionne et depuis 10 ans file le parfait amour avec Anne mais tout bascule lorsqu’il découvre dans son entrepôt un album contenant des photos de lui enfant alors que tout était censé avoir brûlé…

6ème

Summer de Monica Sabolo

(JC Lattès 2017) 

Alors que sa sœur a disparu il y a 25 ans, Benjamin est toujours aussi obsédé par elle. Il cauchemarde, a des réminiscences au beau milieu de sa journée... C’est l’eau le conducteur de sa psychose, un éclat bleu et il revoit Summer dans ce lac des années auparavant. Pour lui il y a un lien mais il est bien le seul de sa famille à y penser encore. Pour ses parents, Summer a fui et est sûrement morte ; une affaire douloureuse mais classée. Mais plus le temps avance et plus Benjamin doute.  Et si cette eau qui le hante ne voulait que lui rappeler ce qu’il sait déjà ?

 

7ème

Circé de Madeline Miller

(Rue Fromentin 2018)

 

Circé est une déesse, fille d’Hélios, roi du soleil. Elle va apprendre à maîtriser la magie des plantes. Grâce à ses dons, elle va commettre un acte qui va fortement déplaire aux dieux, elle sera condamnée à l’exil sur l’île d’Eaea.

Etant immortelle, elle verra beaucoup de personnes d’égarer sur son île ce qui nous permettra de revivre les grandes histoires de la mythologie grecque.

 

8ème

La nuit introuvable

(Philippe Rey 2018)

Nathan Weiss, 40 ans, expatrié en Slovénie pour son travail reçoit l’appel téléphonique d’une amie de sa mère qui lui explique que cette dernière est malade et qu’elle souhaite le revoir. Il n’a jamais été proche de sa mère et encore moins depuis le décès de son père.

 

Il décide quand même de revenir à Paris pour retrouver sa mère. Marthe  a dans le même temps confié 8 lettres à son amie Jeanne avec pour instruction de les remettre à son fils selon un calendrier précis.

 



Lauréat du 1er Prix des Bookineurs

Ecrit par webmaster · 27/03/2019

Prix des Bookineurs 2019

bruno-laureat

Bruno
le jour où j'ai offert une plante à un inconnu

de Catharina VALCKS (L'école des loisirs)

Pourquoi Bruno le chat a-t-il une vie si intéressante ? Tout simplement parce qu'il a l'art et la manière de voir du beau, du drôle, du tentant et du touchant dans les moindres petits événements de la vie quotidienne...

 

Les autres titres qui étaient en compétition:

Jefferson de Jean-Claude MOURLEVAT (Gallimard jeunesse)

Y a pas de héros dans ma famille ! de Jo Witek (Actes sud junior)

Le journal de Gurty : Vacances en Provence de Bertrand Santini (Sarbacane)

Le plein de Blorg de Matthieu Sylvander - illustré par Perceval Barrier (L'Ecole des loisirs)



Saisons / Blexbolex

Ecrit par webmaster · 15/03/2019

Coup de coeur

saisons

Saisons / Blexbolex

Ed. Albin Michel jeunesse

 

A partir de 3 ans

Un imagier sur les saisons aux teintes inhabituelles, avec un dessin sans contour. L’illustrateur a utilisé l’ordinateur.

Comme passent les saisons, ce très bel imagier a quelque chose d’intemporel.

De page en page (1 page, un mot un dessin), chaque dessin est ancré dans la réalité de la vie quotidienne, certains font référence à des tableaux ou films célèbres. Grands et petits pourront y retrouver des images, des impressions, avec nostalgie ou pas, de l’enfance.

Lien vers la notice: cliquez ici



Prix Yaka'Lire 2019

Ecrit par webmaster · 13/03/2019

 

Remise du Prix Yaka'Lire 2019

Samedi 25 mai 2019 à 11h

 

La sélection

yakalire2019

Cette lumière que je vois de Sofie Laguna

(Actes Sud 2017)

Jimmy, 6 ans, autiste, nous emporte dans le récit de son histoire.

C’est un enfant couvé par sa mère et elle refuse qu’il soit placé en institut spécialisé. Pour le père c’est une autre histoire, il a beaucoup de mal à supporter cet enfant différent. Son frère, Robby, essaye de faire de son mieux pour soulager sa mère et protéger ses proches du père qui s’alcoolise souvent et qui devient violent.

Avec sa propre perception du monde, Jimmy nous fait partager sur plusieurs années le quotidien de cette famille avec ces moments dramatiques et les périodes d’apaisement.

 

Filles de la mer de Mary Lynn Bracht

(Robert Laffont 2018) 

1943, île de Jeju en Corée du Sud. Depuis 1905, la Corée est sous occupation japonaise. Hana, 16 ans, et sa mère sont des haenyeo (pêcheuses en apnée). Un jour, Hana partie en mer voit sur le rivage un soldat japonais s’approchant de sa sœur. N’écoutant que son courage, elle revient sur la rive et se fera enlever à la place de sa sœur. Son destin sera de devenir femme de réconfort en Mandchourie.

Emi n’aura pas une vie heureuse non plus.

Le récit alterne entre l’histoire d’Hana et de sa sœur Emi.

 

Summer de Monica Sabolo

(JC Lattès 2017) 

Alors que sa sœur a disparu il y a 25 ans, Benjamin est toujours aussi obsédé par elle. Il cauchemarde, a des réminiscences au beau milieu de sa journée... C’est l’eau le conducteur de sa psychose, un éclat bleu et il revoit Summer dans ce lac des années auparavant. Pour lui il y a un lien mais il est bien le seul de sa famille à y penser encore. Pour ses parents, Summer a fui et est sûrement morte ; une affaire douloureuse mais classée. Mais plus le temps avance et plus Benjamin doute.  Et si cette eau qui le hante ne voulait que lui rappeler ce qu’il sait déjà ?

 

La vraie vie d'Adeline Dieudonné

 

(L’iconoclaste 2018)

Une jeune fille de dix ans porte un amour indestructible à son petit frère  de six ans, Gilles. Leur mère est transparente et soumise aux violences de son mari. Les deux enfants s’élèvent plus ou moins seuls.

 

Un accident va rompre la formidable complicité entre les enfants et notre héroïne fera tout pour que son petit frère soit de nouveau comme avant, pour retrouver la vraie vie.

 

La nuit introuvable

(Philippe Rey 2018)

Nathan Weiss, 40 ans, expatrié en Slovénie pour son travail reçoit l’appel téléphonique d’une amie de sa mère qui lui explique que cette dernière est malade et qu’elle souhaite le revoir. Il n’a jamais été proche de sa mère et encore moins depuis le décès de son père.

 

Il décide quand même de revenir à Paris pour retrouver sa mère. Marthe  a dans le même temps confié 8 lettres à son amie Jeanne avec pour instruction de les remettre à son fils selon un calendrier précis.

 

La salle de bal d’Anna Hope

(Gallimard 2017) 

Immersion dans l’asile d’aliénés de Sharston dans le Yorkshire (Angleterre) en 1911. Une nouvelle pensionnaire, Ella, arrive. Elle espère être rapidement  libérée mais au contraire son séjour sera prolongé. Elle finira par s’habituer à la routine de l’institution.

Les hommes et les femmes travaillent et vivent chacun de leur côté. Toutefois ils sont réunis tous les vendredis soirs dans une salle de bal où Ella et John tomberont mutuellement sous le charme.

 

Le docteur Fuller aux commandes de l’établissement s’intéresse de très près à l’eugénisme pour soigner les « aliénés ». Il pourrait bien mettre à mal les projets d’Ella et de John.

 

 

Sauf d’Hervé Commère

(Fleuve éditions 2018)

Dès le début on se retrouve plongé au cœur du drame qui a marqué la jeunesse du narrateur. A 6 ans il apprend que ses parents ont péri dans l’incendie de leur manoir en Bretagne. Nous le retrouvons plusieurs décennies plus tard, à l’approche de la cinquantaine, Mathieu a une vie bien rangée, un métier de brocanteur qui le passionne et depuis 10 ans file le parfait amour avec Anne mais tout bascule lorsqu’il découvre dans son entrepôt un album contenant des photos de lui enfant alors que tout était censé avoir brûlé…

 

 

Circé de Madeline Miller

(Rue Fromentin 2018)

 

Circé est une déesse, fille d’Hélios, roi du soleil. Elle va apprendre à maîtriser la magie des plantes. Grâce à ses dons, elle va commettre un acte qui va fortement déplaire aux dieux, elle sera condamnée à l’exil sur l’île d’Eaea.

Etant immortelle, elle verra beaucoup de personnes d’égarer sur son île ce qui nous permettra de revivre les grandes histoires de la mythologie grecque.



2 oeuvres de l'Artothèque, 2 mois à la Médiathèque

Ecrit par webmaster · 08/03/2019

Zoom sur ...

 

mencobini

Didier Mencoboni

Respiration, expiration, 1998

 

 

Didier Mencoboni, né à Guingamp en 1959, est un artiste français. Il vit et travaille à Ivry-sur-Seine. Il est représenté par la galerie Éric-Dupont à Paris..

Après des études à l'école des beaux-arts de Quimper, Didier Mencoboni est pensionnaire de l’Académie de France à Rome à la villa Médicis de Rome de 1990 à 1991.

Il reçoit une bourse pour un voyage en Islande en 1994. En 1999, il reçoit le prix de la fondation Pollock Krasner.

Il enseigne à l'École nationale supérieure d'art de Bourges

(Source : Wikipédia)

Site de Didier Mencoboni

 

mfrerot

Michel Frérot

Lithographie, 1975

Né à Dijon en 1927, Michel Frérot est décédé en 1996. Devenu peintre à sa majorité, il s'est installé en Normandie dans les années 50. Artiste aux multiples talents, il était doué à la fois pour la peinture, la sculpture, le dessin et la céramique. Mais aussi pour le théâtre. Sous les ordres de Jean-Louis Barrault, il a interprété un rôle aux côtés de Philippe Noiret. (Source: Ouest-France)