Les prix littéraires 2016

08/11/2016

Zoom sur... Les prix littéraires 2016

 

Pourquoi le "Prix Goncourt" ? Il n’y a pas une personne mais bien deux qui se dissimulent derrière ce « Goncourt ». Les frères Goncourt, Edmond et Jules, étaient tous les deux écrivains et passionnés de lettres, au point de souhaiter qu’à leur mort leur héritage soit transmis à leur Académie Goncourt dans le but de récompenser tous les ans «« le meilleur ouvrage d'imagination en prose, paru dans l'année » ». Le premier prix Goncourt fut décerné en 1903, soit sept ans après la mort du dernier frère, Edmond de Goncourt.


 Prix Goncourt 2016

chanson+douce (Copier)

 

“Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame.»

 

 

Pourquoi le "Prix Renaudot" ? Théophraste Renaudot (1586-1653) était médecin mais également le premier journaliste officiel français, car il travaillait sous la protection du roi et du cardinal Richelieu. Il fonda en 1631 « La Gazette », un journal qui permettait de véhiculer les idées du gouvernement ainsi que les nouvelles de Paris. En plus de ces deux profession, Renaudot est connu pour l’aide qu’il a apporté aux pauvres, à la fois en tant que médecin et à la fois en tant que créateur de ce que l’on connait aujourd’hui comme « Mont de Piété » et qui s’appelait également Bureau d’Assistance à l’époque.

 

Prix Renaudot 2016 

418uEs2jWKL

« Tout le monde riait. Les Manoscrivi riaient. C'est l'image d'eux qui est restée. Jean-Lino, en chemise parme, avec ses nouvelles lunettes jaunes semi-rondes, debout derrière le canapé, empourpré par le champagne ou par l'excitation d'être en société, toutes dents exposées. Lydie, assise en dessous, jupe déployée de part et d'autre, visage penché vers la gauche et riant aux éclats. Riant sans doute du dernier rire de sa vie. Un rire que je scrute à l'infini. Un rire sans malice, sans coquetterie, que j'entends encore résonner avec son fond bêta, un rire que rien ne menace, qui ne devine rien, ne sait rien. Nous ne sommes pas prévenus de l'irrémédiable. »

 

 

Pourquoi le Prix Femina ? Le Prix Femina fut créé en 1904 pour proposer une alternative au prix Goncourt dont le jury n’était composé que d’hommes. C’est ainsi que ce prix, qui s’appelait à ses débuts le Prix de La Vie heureuse en référence à un magazine édité par Hachette, était décerné par un jury de vingt-deux femmes. Aujourd’hui elles ne sont plus que douze.

 

Prix Femina 2016

le-garcon (Copier)

 


« Il n’a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Nous sommes en 1908 quand il se met en chemin, d’instinct.
Alors commence l’épreuve du monde : la rencontre avec les hommes – les habitants d’un hameau perdu, Brabek, l’ogre des Carpates, lutteur de foire philosophe, Emma, mélomane et si vive, à la fois soeur, amante et mère. « C’est un temps où le garçon commence à entrevoir de quoi pourrait bien être, hélas, constituée l’existence : nombre de ravages et quelques ravissements. » Puis la guerre, l’abominable carnage, paroxysme de la folie des hommes et de ce que l’on nomme la civilisation. »

 

 

Pourquoi le Prix Medicis ? Créé en 1958 par Gala Barbisan et Jean-Pierre Giraudoux, ce prix a pour but de récompenser « un roman, un récit, un recueil de nouvelles dont l’auteur débute ou n’a pas encore une notoriété correspondant à son talent ».

 

Prix Medicis 2016

895536%20%28Copier%29

 

« Dans la nuit du 18 au 19 janvier 2011, Laëtitia Perrais a été enlevée à 50 mètres de chez elle, avant d’être poignardée et étranglée. Il a fallu des semaines pour retrouver son corps. Elle avait 18 ans.
Ce fait divers s’est transformé en affaire d’État : Nicolas Sarkozy, alors président de la République, a reproché aux juges de ne pas avoir assuré le suivi du « présumé coupable », précipitant 8 000 magistrats dans la rue.
Ivan Jablonka a rencontré les proches de la jeune fille et les acteurs de l’enquête, avant d’assister au procès du meurtrier en 2015. Il a étudié le fait divers comme un objet d’histoire, et la vie de Laëtitia comme un fait social. Car, dès sa plus jeune enfance, Laëtitia a été maltraitée, accoutumée à vivre dans la peur, et ce parcours de violences éclaire à la fois sa fin tragique et notre société tout entière : un monde où les femmes se font harceler, frapper, violer, tuer. »

 

 

Pourquoi le "Grand Prix du roman de l’Académie Française" : Inauguré en 1915 et décerné par douze membres de l’Académie Française, ce prix récompense l’auteur jugé le meilleur de l’année. 

 

Grand Prix du roman de l’Académie Française 2016

Le-Dernier-des-notres-d-Adelaide-de-Clermont-Tonnerre-eminemment-romanesque%20%28Copier%29

 

« La première chose que je vis d’elle fut sa cheville, délicate, nerveuse, qu’enserrait la bride d’une sandale bleue… » Manhattan, 1969 : un homme rencontre une femme.
Dresde, 1945 : sous un déluge de bombes, une mère agonise en accouchant d'un petit garçon.
Avec puissance et émotion, Adélaïde de Clermont Tonnerre nous fait traverser ces continents et ces époques que tout oppose : des montagnes autrichiennes au désert de Los Alamos, des plaines glacées de Pologne aux fêtes new-yorkaises, de la tragédie d’un monde finissant à l’énergie d’un monde naissant... Deux frères ennemis, deux femmes liées par une amitié indéfectible, deux jeunes gens emportés par un amour impossible sont les héros de ce roman tendu comme une tragédie, haletant comme une saga.Vous ne dormirez plus avant de découvrir qui est vraiment « le dernier des nôtres ».

 

 

Autres prix :

 

Prix Médicis étranger : Les Elus, Steve Sem-Sandberg
« Maintenant, Julius a les ciseaux. Pourtant la douleur est toujours là. Schwester Mutsch aussi est toujours là. Elle se penche vers lui et lui crache à la figure, puis elle étale la salive sur les lèvres et les paupières fermées du garçon. Espèce d'ordure. Tu n'as aucun droit de vivre. Soit on t'enferme chez les fous, soit le docteur te fait une piqûre. Et voilà que la paire de ciseaux ne se trouve plus dans sa main. Elle flotte dans la lumière bleutée, au milieu des lits et des tables de chevet. Alors il brandit haut l'instrument et l'enfonce dans sa poitrine. Enfin, le silence se fait. Même la lumière bleutée semble s'être éteinte. Puis elle revient. Et avec elle l'insoutenable douleur.
En 1941, à Vienne, l'hôpital du Spiegelgrund a été transformé par les nazis en un centre pour enfants handicapés et jeunes délinquants. Jour après jour, Adrian, Hannes et Julius, pensionnaires de la maison de redressement, tentent d'exorciser l'horreur. Dans un époustouflant ballet de voix tour à tour intérieures et extérieures, ils racontent l'enfer qu'ils vivent et la mort qui les guette au pavillon 15, ou l'on extermine les « indésirables ».


Prix Fémina étranger : Les Vies de papier, Rabih Alameddine
« Aaliya Saleh, 72 ans, les cheveux bleus, a toujours refusé les carcans imposés par la société libanaise. À l'ombre des murs anciens de son appartement, elle s'apprête pour son rituel préféré. Chaque année, le 1er janvier, après avoir allumé deux bougies pour Walter Benjamin, cette femme irrévérencieuse et un brin obsessionnelle commence à traduire en arabe l'une des oeuvres de ses romanciers préférés : Kafka, Pessoa ou Nabokov.
À la fois refuge et « plaisir aveugle », la littérature est l'air qu'elle respire, celui qui la fait vibrer comme cet opus de Chopin qu'elle ne cesse d'écouter. C'est eentourée de livres, de cartons remplis de papiers, de feuilles volantes de ses traductions qu'Aaliya se sent vivante.
Cheminant dans les rues, Aaliya se souvient ; de l'odeur de sa librairie, des conversations avec son amie Hannah, de ses lectures à la lueur de la bougie tandis que la guerre faisait rage, de la ville en feu, de l'imprévisibilité de Beyrouth. »

 

Prix Interallié :  Repose-toi sur moi, Serge Joncour
« Aurore est styliste et mère de famille. Ludovic est un ancien agriculteur reconverti dans le recouvrement de dettes. Ils partagent la cour de leur immeuble parisien et se rencontrent car des corbeaux s'y sont installés. Leurs divergences pour régler ce problème les mènent à l'affrontement mais ils finissent par apprendre à se connaître. »
Prix Le Monde 2016 : Laëtitia, Jablonka Ivan


Prix du roman Fnac : Petit Pays, Gaël Faye
«En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire. Gabriel  voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l’envahit, l’imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français… »